Accueil

Infos express

Infos générales

Faits divers

Sciences

Agriculture

Religion

Littérature

Courrier du coeur

Horoscope

Sponsors

   

LITTERATURE

Un auteur tortembruchois méconnu :
Toto Rigobert, chef de file de la Poésie Pompier au XIXème siècle
par Bernard de Saint-Antoine, chroniqueur littéraire

Sa vie - son oeuvre (1) - oeuvre (2) - postérité

SON OEUVRE (suite)

L'oeuvre de Toto Rigobert peut être considérée comme un chef d'oeuvre en péril, dont ni les musées, ni les éditeurs, ni les universitaires ne se soucient plus que de la première chemise d'Arthur Rimbaud. Suite au refus obstiné des maisons parisiennes et provinciales, aucun de ses poèmes n'a jamais été publié, ni même conservé dans les archives. Les librairies constituent un désert rigobertien absolu. Comment donc se fait-il que des bribes nous soient parvenues par-delà les années et, bientôt, les siècles ? Par l'obstination de ses descendants et la magie des greniers !
Oui, magie de ces malles poussiéreuses qu'on retrouve enfouies sous des kilos de linge mité dans le vaste grenier de la maison familiale. Les rats, les hiboux et les chauves-souris sont un peu passés par là, et il a fallu recoller des morceaux, décaper les crottes fossilisées, et enfin décrypter les pattes de mouche du grand Toto qui, n'écrivant que pour lui-même, ne faisait rien pour être lisible.
C'est ainsi que tout un pan de son oeuvre fut découvert encore au début du XXIème siècle naissant. Portion majeure une fois de plus, puisque parfaitement fidèle aux principes de base : un contenu inepte dans une versification impeccable, comme un esprit vide dans un corps plein. C'est cette partie nommée opportunément VIE QUOTIDIENNE dont nous présentons ici des fragments, qui s'enrichiront progressivement au fur et à mesure que les exégètes déchiffreront les parchemins.

Voyez ainsi cette petite merveille de pompiérisme, composée à l'issue d'une journée de jardinage, et qui claque comme un aphorisme :

En deux mots, quatre vers, seize syllabes, tout est dit : quelle leçon !

Vie quotidienne, mine d'or pour un pompiériste émérite. Commençons par le commencement : la première action du jour, simplement... se lever. Mais le lever solitaire du poète pompier n'a rien à voir avec le petit lever de Louis XIV, jugez plutôt :

Une fois de plus, Toto s'appuie sur la forme du sonnet, dont il révolutionne le principe : on appréciera l'exploit de bâtir un poème entier sur une seule rime, et des plus rares ! Quant au contenu, peut-on trouver plus insignifiant ? C'est du grand art.

Pour renseignements, avis, critiques, contacts, adhésions,
le Centre International d'Etudes Pompiéristes et Rigobertiennes (CIEPR) 

  La vie de Toto Rigobert -  Son oeuvre (1) -  Postérité

 

© Bernard Bouillon